La tricopigmentation, qu’est-ce que c’est ?

La tricopigmentation est une technique en constante évolution utilisée pour masquer la chute des cheveux, qu’ils soient rasés ou longs. La tricopigmentation dérive conceptuellement du tatouage. Cette technique permet, avec des instruments spécifiques, d’introduire dans le derme superficiel de petites quantités de pigment afin de simuler le poil en phase de croissance.

De cette façon, une tête glabre semblera couverte de cheveux courts et une tête amincie paraîtra plus épaisse grâce à la réduction du contraste chromatique entre les cheveux et la peau.

Du tatouage à la micropigmentation du cuir chevelu.

L’insertion de pigments de manière punctiforme dans le cuir chevelu peut rappeler une technique de tatouage spécifique appelée “Dotwork”.

Le dotwork ou dot style est une technique de tatouage qui consiste à dessiner le sujet au moyen de points individuels, très rapprochés les uns des autres, en laissant de petits espaces qui séparent les zones pigmentées et les zones non traitées, de telle sorte que l’effet perçu est tridimensionnel.

Les sujets habituellement tatoués sont religieux ou purement géométriques.

Dans ces cas, la taille du point et la distance entre l’un et l’autre déterminent le niveau de remplissage du sujet.

Dans la tricopigmentation, le principe est similaire. Inoculer point après point de très petites quantités de pigment en suivant un critère géométrique et mathématique afin que la surface du cuir chevelu semble recouverte de cheveux fraîchement rasés.

De la micropigmentation du cuir chevelu à aujourd’hui.

Le concept de micropigmentation du cuir chevelu provient d’une idée de tatouage capillaire développée il y a plus de 10 ans par Ian Watson.

Après un grand deuil familial, il a perdu tous ses cheveux et a commencé à les simuler quotidiennement avec un crayon de maquillage.

Ian est tatoueur et observant que ce camouflage quotidien donnait de bons résultats, il a commencé à élaborer l’idée du tatouage folliculaire.

Les résultats étaient encore immatures, mais l’idée était si brillante qu’elle a été utilisée et développée quelques années plus tard.

par plusieurs professionnels reconnus dans le domaine de la micropigmentation,

qui, à l’heure actuelle, implique déjà l’utilisation de pigments résorbables.

La combinaison de cette idée novatrice et de l’expérience de ces professionnels a déclenché le processus de recherche technologique qui nous permet aujourd’hui de bénéficier de résultats auparavant inatteignables.

Différences entre la tricopigmentation et le tatouage.

– La tricopigmentation, en moyenne, utilise un pigment qui se résorbe avec le temps et n’est donc pas permanent. De cette façon, le résultat peut être modifié et s’adapter à tout changement. Ces dernières années, la technique permanente se développe également en Italie (vous pouvez en prendre connaissance directement sur notre Blog).

– Le tatouage utilise des outils beaucoup plus invasifs que ceux utilisés dans la tricopigmentation, le pistolet de tatouage est beaucoup moins délicat que celui de la tricopigmentation à Paris où il n’y a souvent aucune douleur.

– Le tatouage atteint le derme profond, la tricopigmentation à Paris ne s’effectue que dans le derme superficiel.

– Le tatouage de tête n’est pas bien vu par le monde médical, la pigmentation gagne aujourd’hui en popularité même chez les médecins qui l’utilisent comme technique pour masquer la perte de cheveux.

La tricopigmentation et les traitements possibles

Les traitements qui peuvent être réalisés avec la technique de la tricopigmentation à Paris sont nombreux et peuvent être classés comme suit :

Effet rasé : quand on veut garder les cheveux très courts, environ 1mm. Dans ce cas, nous devrons simuler une tête rasée et la densité dépendra de plusieurs variables telles que le phototype, la densité autochtone dans la zone occipitale et supérieure, les attentes de l’utilisateur, etc.

– Effet de densité : pour garder les cheveux longs (au-dessus du cm). Dans ce cas, un effet rasé plus intense est réalisé et les points sont mathématiquement disposés différemment lors de la deuxième séance.

– Couvrement de cicatrices : utilisé pour masquer les cicatrices dues à une chirurgie de transplantation de cheveux ou à un post-traumatisme. Toutes les cicatrices ne peuvent pas être traitées avec succès.

Source image : pxhere.com

Ajouter Un Commentaire